Ile de France > Centre > Poitou Charentes > Aquitaine > Navarra > Rioja > Burgos > Palencia > León > Lugo > A Coruña
   

jeudi 27 mai 1999

Mirambeau (Charente Maritime) - Blaye (Gironde)
Je choisis une nouvelle fois des petites routes.
Contrairement aux derniers jours le temps est mitigé, je reçois même quelques gouttes d'eau. Quelque part c'est une chance car la route est longue ce jour là (32km) et au travers de marais.
A Blaye je trouve un prêtre qui pour la deuxième fois ne peut m'héberger. Par contre, il est plein de bonnes idées pour m'envoyer dans d'autres paroisses ou des exploitations viticoles !

vendredi 28 mai 1999

Blaye (Gironde) - Eysines (Gironde)
La traversée de la gironde s'est déroulée en compagnie de 4 cyclo-pèlerins qui sont aussi accompagnés de leurs épouses en voiture-suiveuse.
Je continue ma route au travers des vignes connues de moi pour avoir déjà dégusté leurs produits mais aussi pour les avoir traversées à l'occasion de mes différents marathons du Médoc.
Arrivé à Blanquefort, je n'ai qu'une envie, continuer à marcher. Néanmoins, je m'arrête à Eysines afin de ne pas gagner encore une étape. J’ai, en effet, rendez-vous à Dax avec mon père puis à Ponferrada avec deux amies.

samedi 29 mai 1999

Eysines (Gironde) - Gradignan (Gironde) (via Bordeaux centre)

le pèlerin du prieuré de Cayac
le prieuré de Cayac
Je traîne au lit, je n'ai, en effet, que 16,5km à parcourir.
Finalement, je me décide et récupère mon courrier à Bordeaux dont une invitation à un mariage.
Il semblerait qu'en Gironde ce soit le jour des premières communions.
Je quitte rapidement Bordeaux que je n'aime décidément pas (la ville et non le vin).
En chemin, à Talence, je croise un lieu d'accès à Internet, je ne résiste donc pas.
Je continue ma route jusqu'à Gradignan et son prieuré de Cayac. Le prieuré est fermé et n'ouvrira qu'à 18h00. Un numéro de téléphone est indiqué, j'appelle. La personne vient de Bordeaux et sera là une demi-heure plus tard.
Le prieuré est une ancienne halte jacquaire achetée par la Mairie, restaurée et dont une partie est dédiée à l'accueil des pèlerins. J'ai 2 dortoirs de 20 lits, une cuisine, des douches, des toilettes à ma seule disposition.
C'est la première véritable halte jacquaire depuis le départ, 16 personnes y ont été hébergées depuis le début de l'année contre 21 pour toute l’année 1998.
Dans le livre d'or de nombreuses remarques de pèlerins parlent de la solitude sur ces chemins de France où nous sommes encore peu nombreux.
Ayant déjà cheminé, j'écrivis que j'y étais préparé et que pèlerin, je ne marche pas seul.

dimanche 30 mai 1999

Gradignan (Gironde) - Le Barp (Gironde)
Je suis sur une nationale mais la route est calme. J'arrive avant la fin de la messe.
Ici encore ce sont les autorités civiles qui accueillent les pèlerins.
Le gîte est petit mais parfait. Durant, toute l'après-midi et le début de soirée, j'ai droit à un concours national de pétanque.
Ils ont accueilli 15 pèlerins avant moi cette année.

le gîte de Le Barp

lundi 31 mai 1999

Le Barp (Gironde) - Le Muret (Landes)

chapelle Saint Roch de Le Muret
Etape angoissante ! : route nationale 10 avec deux fois deux voies au programme. Finalement, il existe une petite route parallèle.
12km avant Le Muret, je traverse Belin où seraient enterrés les compagnons de Roland.
Le Muret est un super trou !
Dans le journal Sud-Ouest, il est évoqué des nantais de 50 ans qui ont tout vendu et sont partis sur les routes avec un âne attelé à une carriole.

mardi 1er juin 1999

Le Muret (Landes) - Labouheyre (Landes)
Avant de quitter Le Muret, la patronne de l’hôtel m’offre un café.
A travers bois, j’atteins Labouheyre. Fatigué, je cours à l'hôtel. Or la mairie a hébergé un pèlerin ce même soir et le curé a abrité l'âne et ses maîtres, la veille !
Je passe chez le coiffeur.
Je suis désolé mais il m'arrive encore de m'inquiéter pour le chiffre d'affaires de mon travail !
Le pin des Landes, les bergers des Landes ? Les bergers sur leurs échasses font penser à de vastes plaines nues et plates : les landes. Que vient faire le pin, là-dedans ? C'est Napoléon III qui décida de transformer ces vastes régions désolées en pinèdes.

mercredi 2 juin 1999

Labouheyre (Landes) - Rion des Landes (Landes)
A Solférino, village créé de toutes pièces par Napoléon III, encore lui, je suis rattrapé par Thierry qui est parti de Quimper et dont m'avaient parlé les cyclistes sur le bac à Blaye (rappelez-vous).
Je le croyais devant, il était derrière. Ensemble nous avons marché, discuté et chanté pendant trois heures, puis il m'a lâchement abandonné puisqu'il comptait effectuer 40km ce jour là.
Je souhaiterais revenir sur cette journée exceptionnelle :
  • j'avais décidé de changer de parcours la veille au soir ;
  • pour marcher plus longtemps avec Thierry, je décidais d'aller plus loin que prévu.
Or, en cette journée :
je cheminais pour la première fois avec un autre pèlerin se rendant à Saint Jacques ;
  • je trouvais une maison du multimédia particulièrement bien équipée (10 micros multimédia, imprimantes couleur, une large gamme de CD-Rom et des utilisateurs de 7 à 77 ans) dans un village de 2.500 habitants où je pus me connecter gratuitement ;
  • sur le parvis de l’église je rencontrai le curé qui me proposa spontanément de m’héberger chez lui. Je fus aussi nourri, logé, lavé (linge et moi-même). Et surtout j’eus une longue et intéressante conversation avec lui.
C'était depuis mon départ de paris ma plus belle journée. La providence, alias le Saint Esprit, avait encore frappé.
L’âne, sa carriole et ses maîtres sont passé ¾ d’heures avant moi à Rion des Landes.


église de Solférino
avec Thierry à Rion des Landes

jeudi 3 juin 1999

Rion des Landes (Landes) - Buglose (Landes)


vélo du sacristain de Notre Dame de Buglose
Départ après la messe dans la chapelle privée de mon hôte.
Rien de particulier sur un parcours tranquille le lon des petites routes toujours aussi droites des Landes.
A Buglose se situe le lieu de pèlerinage des landais.
Le patron de l’hôtel des Pèlerins m’a offert un demi.
La petite histoire veut que l'attelage qui devait transporter à Dax la statue de la vierge qui avait été cachée au moment des guerres de religions refusa d'aller plus loin... le sanctuaire fut construit en ce lieu. Etait-ce la volonté de la vierge ou des b½ufs têtus ?
Je fus hébergé dans les locaux du sanctuaire.

vendredi 4 juin 1999

Buglose (Landes) - Dax (Landes)
Au réveil, j’obtiens du sacristain (81 ans) un grand bol de café. Ce dernier, circule plus facilement à vélo qu’à pied, même dans l’église.
Départ après la messe en direction de Dax via le Berceau de Saint Vincent de Paul : lieu de naissance de saint Vincent de Paul !
L'endroit est agréable et j'arrivai à temps pour la messe !
Par contre, l'entrée dans Dax n'est pas faite pour les piétons.
Dax est une ville intégralement orientée vers les thermes et sans autre intérêt.
Au moment où je suis arrivé à la sacristie, deux pèlerins Néerlandais à vélo venaient de faire signer leur credencial.
Je retrouvais, plus tard, mon père qui allait m'accompagner pendant deux jours.

le «père» et le «fils» au Berceau de Saint Vincent de Paul

samedi 5 juin 1999

Dax (Landes) - Labatut (Landes)
Journée sous le signe d'un temps variable, mais la pluie ne se déclencha qu'à l'arrivée.
Labatut bien qu'au-dessus du Gave de Pau, a peu d'intérêt. A l'issue de la messe le curé qui réside à Peyrehorade, compte-tenu qu'il pleuvait, proposa de me ramener à mon lieu d'hébergement.
Il regretta que je n'aie pas choisi de passer par Peyrehorade, il aurait pu alors m'inviter à dîner !

dimanche 6 juin 1999

Labatut (Landes) - Sauveterre de Béarn (Pyrénées Atlantiques)

Sauveterre de Béarn
Rien de particulier sur la route qui permet de passer du Gave de Pau au Gave d'Oloron.
Par contre, la ville de Sauveterre mérite le détour. Vieille ville médiévale fortifiée par les comtes de Foix et en particulier par Gaston Fébus.
La ville domine le Gave d’Oloron dans lequel je me suis baigné (10 degrés).
L’hôtel est un ancien château avec une magnifique terrasse dominant le Gave et avec vue sur les Pyrénées.

lundi 7 juin 1999

Sauveterre de Béarn (Pyrénées Atlantiques) - Ostabat (Pyrénées Atlantiques)
J'abandonne mon père au car SNCF qui le ramènera à Dax en 1 heure !
Le temps est menaçant et rapidement une forte pluie se déclenche et je suis encore plus rapidement trempé mais le chemin continue.
A Saint Palais/Dona Paleu, je vous écris depuis une cyber-épicerie.
Dans 2 heures, je devrais être à Ostabat point de jonction des chemins du Vézelay, du Puy et de Tours.
Je continue sous cette pluie battante et au moment où je rejoins la route du Puy je rencontre Rob qui est parti des Pays-Bas. J'arrive trempé à Ostabat dans un petit refuge pour pèlerins où le gestionnaire nous apporte des ½ufs frais et du bois pour le feu. Permettant ainsi de sécher chaussures et vêtements. En plus de Rob, Kees et Fons trois Néerlandais partis séparément des Pays-Bas, il y a Michel parti de La Grande Motte, Jean et Antarane du Puy, Pierre du Jura, un Allemand et son chien qui dormiront sur la terrasse... et le fameux âne et ses maîtres que j'avais finalement dépassés à l'occasion d'un cheminement diffèrent.
A midi quand je suis arrivé, ceux qui étaient déjà là m'ont servi à manger et le soir nous avons préparé le dîner et mangé ensemble.


après Saint Palais

mardi 8 juin 1999

Ostabat (Pyrénées Atlantiques) - Saint Jean Pied de Port (Pyrénées Atlantiques)
rue de la Citadelle à Saint Jean Pied de Port
Départ sous la bruine et en quelques mètres sur les chemins les chaussures, sont de nouveau trempées.
Le Camino passe par Saint Jean le Vieux et Saint Jean Pied de Port dans laquelle je rentre par la porte Saint Jacques.
Le nom de cette ville vient du fait qu'elle se situe au pied d'un col souvent dénommé port dans les Pyrénées et en Espagne.
La rue de la citadelle contient deux gîtes pour pèlerins dont un géré par les amis de Saint Jacques. Au gré des arrivées nous nous retrouvons dans l'un ou l'autre.
En effet, si nous faisons étapes ensemble, nous ne marchons pas nécessairement de concert, voire nous n'effectuons pas les mêmes étapes mais nous nous retrouvons au hasard des routes.
Ce même hasard fait que nous dînons très nombreux dans le même restaurant : chez Dédé.
     
Ile de France > Centre > Poitou Charentes > Aquitaine > Navarra > Rioja > Burgos > Palencia > León > Lugo > A Coruña
Pèlerinage sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle
 accueil>premier chemin>Aquitaine contact italiano english français
                              France Ile de France (08/05/99 - 10/05/99)                              
France Centre (11/05/99 - 16/05/99)
France Poitou-Charentes (17/05/99 - 26/05/99)
France Aquitaine (27/05/99 - 08/06/99)
Espagne Navarra (09/06/99 - 14/06/99)
Espagne Rioja (15/06/99 - 17/06/99)
Espagne Burgos (18/06/99 - 22/06/99)
Espagne Palencia (23/06/99 - 24/06/99)
Espagne León (25/06/99 - 04/07/99)
Espagne Lugo (05/07/99 - 07/07/99)
Espagne A Coruña (08/07/99 - 13/07/99)